Aliment : Les bienfaits de la patate douce

Imprimer cette recette

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: -1 (from 1 vote)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)

Profil santé

La patate douce est consommée en plusieurs endroits dans le monde. Selon la variété, sa chair et sa pelure (mince et comestible) peuvent être blanches, jaunes, orange ou pourpres. Ses propriétés antioxydants varient en fonction des pigments qu’elle possède. La patate douce contient plusieurs vitamines et minéraux; elle surpasse même plusieurs légumes à cet égard.

Principes actifs et propriétés

Acides phénoliques. Une étude effectuée sur plus de 1 000 variétés de patates douces a permis de démontrer que les feuilles de patate douce contiennent beaucoup d’acides phénoliques, et ce, en quantité supérieure à celle retrouvée dans la racine de la plante et dans d’autres légumes verts feuillus4. La patate douce elle-même contient aussi des acides phénoliques, en quantité plus élevée dans la pelure que dans la chair5. Les composés phénoliques possèdent une activité antioxydant pouvant jouer un rôle protecteur dans l’incidence de plusieurs maladies dégénératives liées au vieillissement.

Protéine inhibitrice de la trypsine.
L’inhibiteur de la trypsine est l’une des principales protéines d’entreposage de la patate douce et a démontré un effet antioxydant in vitro qui pourrait potentiellement être bénéfique pour la santé6. Notons que même après la cuisson, l’effet antioxydant de la patate douce serait toujours présent.

Caroténoïdes
. Les caroténoïdes sont des composés ayant des propriétés antioxydants, c’est-à-dire qu’ils sont capables de neutraliser les radicaux libres. La consommation d’aliments riches en caroténoïdes serait reliée à un moindre risque de souffrir de certaines maladies chroniques tels le cancer et les maladies cardiovasculaires, quoique les études d’intervention réalisées jusqu’à ce jour donnent des résultats contradictoires7. La patate douce contient du bêta-carotène, un précurseur de vitamine A dans le corps. Des études ont démontré que la consommation quotidienne de patates douces cuites améliorait de façon significative le statut en vitamine A, chez des enfants8, 9 ainsi que chez des hommes à risque de déficience en cette vitamine10. Les résultats démontrent qu’il y a bel et bien conversion du bêta-carotène des patates douces en vitamine A dans le corps et que cette conversion est facilitée par la présence d’au moins 3 g de matières grasses au même repas9. La patate douce serait donc un aliment de choix dans la prévention des déficiences en vitamine A, survenant particulièrement dans les pays en voie de développement.

Cancer.
Les résultats d’une étude épidémiologique réalisée auprès de 3 700 hommes, chez qui des données prospectives ont été amassées, indiquent que ceux qui consomment des aliments typiquement « sud-américains » auraient moins de risque d’être atteints du cancer de la prostate. Cette association inverse était presque statistiquement significative11. Ce type d’alimentation inclut entre autres les patates douces, les haricots secs, les okras (ou gombos) et le riz, bien qu’aucun de ces aliments n’ait pu être individuellement associé avec la diminution du risque observée.

Dans une étude réalisée en Inde, la consommation de légumes crucifères ainsi que de patate douce a été associée à un risque moindre de cancer de la vésicule biliaire. Notons cependant que cette étude a été réalisée avec un nombre restreint de sujets (64 sujets cancéreux ont été comparés à un groupe contrôle composé de 101 personnes atteintes de lithiases biliaires)12.

Au Japon, des chercheurs ont constaté une diminution significative du risque de cancer du sein avec l’augmentation de la consommation de plusieurs légumes, dont les pommes de terre et les patates douces, et ce, chez les femmes préménopausées13.

Les mécanismes impliqués n’ont pu être identifiés dans ces études, mais notons que les anthocyanines de la patate douce pourpre ont été étudiées pour leurs propriétés anti cancer. En effet, des chercheurs ont constaté une diminution de l’incidence du cancer colorectal chez l’animal, après avoir inclus dans la diète une supplémentation d’anthocyanines extraites de patate douce pourpre, pendant 36 semaines14. De plus, la patate douce s’est avérée efficace pour empêcher in vitro la production de mutations génétiques (modification d’un gène, ce qui peut mener dans certains cas au développement de cancers). Cet effet était proportionnel au contenu en anthocyanines. Ce qui signifie que plus la quantité d’anthocyanines extraites de la patate douce était grande, plus l’effet antimutagène était important15. L’action anticancer des anthocyanines serait principalement associée à son potentiel antioxydant1, mais les recherches se poursuivent afin de bien comprendre les différents mécanismes impliqués.

Diabète. Un extrait d’un type de patate douce à pelure blanche (cultivée surtout en Amérique du Sud et au Japon) s’est révélé capable de diminuer la résistance à l’insuline et donc d’améliorer le contrôle de la glycémie, autant chez l’animal16 que chez des diabétiques de type 217. Les sujets recevant la dose la plus élevée de patates douces en poudre démontraient une diminution significative de la glycémie à jeun ainsi que des cholestérols total et LDL (« mauvais cholestérol »). Une glycoprotéine ainsi que d’autres principes actifs contenus dans la patate douce pourraient jouer un rôle dans les effets observés; les recherches se poursuivent afin de bien les caractériser.

D’autres chercheurs ont remarqué que plusieurs extraits d’anthocyanines (dont celles contenues dans la patate douce pourpre) inhibaient un enzyme en partie responsable de l’élévation de la glycémie survenant après la digestion de glucides18. Ainsi, des effets antihyperglycémiques ont été démontrés chez l’animal et pourraient être potentiellement utiles dans la prévention du diabète19. Il est actuellement trop tôt pour conclure en un effet antidiabétique des patates douces, d’autant plus qu’elles contiennent une quantité non négligeable de glucides, un nutriment que les diabétiques doivent contrôler dans leur alimentation.

Maladies cardiovasculaires
. Tout comme d’autres plantes comestibles, la patate douce, en raison des composés phénoliques qu’elle contient, pourrait diminuer l’oxydation du cholestérol LDL in vitro, un facteur de risque de la maladie cardiovasculaire20. Des auteurs ont attribué aux anthocyanines de la patate douce pourpre cet effet protecteur contre l’oxydation du LDL2. Notons également que les extraits de feuilles de patate douce pourraient exercer un effet protecteur sur la paroi interne des vaisseaux sanguins. En effet, les résultats d’une étude in vitro démontrent que les extraits de feuilles entraînent une relaxation des vaisseaux sanguins, particulièrement à l’aorte21. L’ingestion de patate douce et de ses feuilles, possiblement de par leur action antioxydant, semble être bénéfique sur le plan cardiovasculaire. Davantage d’études sont toutefois nécessaires avant de conclure à un effet cardioprotecteur chez l’humain.

Système immunitaire. Un polysaccharide isolé de la patate douce exercerait des effets bénéfiques sur le système immunitaire chez l’animal, entre autres en augmentant la prolifération des lymphocytes et la fonction phagocytaire, deux systèmes de défense du corps22. De plus, il a été démontré in vitro, que l’ingrédient « antidiabétique » de la patate douce à pelure blanche stimulait la réponse immunitaire23. Comme les mécanismes qui jouent un rôle dans la réponse immunitaire sont complexes, d’autres recherches sont nécessaires afin de documenter les effets que pourraient exercer certains composés actifs de la patate douce sur l’immunité.

Nutriments les plus importants

Voir la signification des symboles de classification des sources des nutriments

Manganèse. Les patates douces sont une excellente source de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

Cuivre. Les patates douces sont une excellente source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

Vitamine A. Les patates douces sont une excellente source de bêta-carotène, qui se transforme en vitamine A dans le corps. Cette vitamine est l’une des plus polyvalentes, jouant un rôle dans plusieurs fonctions de l’organisme. Entre autres, la vitamine A favorise la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections. De plus, elle joue un rôle antioxydant et favorise une bonne vision, particulièrement dans l’obscurité.

Vitamine B6. La patate douce bouillie est une excellente source de vitamine B6, tandis que la patate douce cuite au four avec la pelure en est une bonne source. La vitamine B6, aussi appelée pyridoxine, fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

Vitamine B2. La patate douce bouillie est une bonne source de vitamine B2, tandis que la patate douce cuite au four avec la pelure en est une source. Vitamine connue aussi sous le nom de riboflavine, elle joue un rôle dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules. De plus, elle contribue à la croissance et à la réparation des tissus, à la production d’hormones et à la formation des globules rouges.

Acide pantothénique. La patate douce bouillie est une bonne source d’acide pantothénique (vitamine B5), tandis que la patate douce cuite au four avec la pelure en est une source. L’acide pantothénique fait partie d’un coenzyme clé dans l’utilisation de l’énergie des aliments que nous consommons. Il participe aussi à plusieurs étapes de la synthèse des hormones stéroïdiennes, des neurotransmetteurs et de l’hémoglobine.

Vitamine C. Les patates douces sont une bonne source de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydants; elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation

(référence : http://ririfleur.centerblog.net)

Aliment : Les bienfaits de la patate douce, 10.0 out of 10 based on 1 rating