Télécharger l'application Android dans Google play

Les ordures au Maroc; un problème social

En étant citoyen du Maroc, je me sens obligé de faire cette remarque par rapport au ramassage des poubelles. Dans certains quartiers de Casablanca, le camion passe tous les jours, dans d’autres ça pourrait aller jusqu’à 2 ou 3 jours. Et malgré tous ces efforts de ramassage, on voit qu’il y a un certain nombre de personnes qui préfèrent jeter leurs poubelles au bord de la rue, dans un endroit isolé, et même dans les champs non cultivés. Certains vont même jusqu’à brûler leurs déchets pour éviter de sentir les mauvaises odeurs, mais les conséquences sont bien plus graves qu’on ne le pensent.Déchets au Maroc

Quoique c’est interdit de jeter nos déchets peu importe l’endroit où l’on se trouve, les gens le font tout de même. Il faut que la population se mobilise afin d’arrêter ce cycle vicieux. Notre santé ainsi que celle de nos enfants en dépend largement. En laissant nos poubelles traîner, il y aura plus de bactéries qui vont circuler car nous risquons de mettre les pieds dedans sans s’en rendre compte et ramener cela à la maison. Le vent risque d’emporter ces déchets ailleurs, ainsi créant plus de pollution sur nos sols et dans l’air.

L’idée de brûler les déchets semblent être bonne puisque c’est possible d’extraire les matières premières puis les recycler (plastique, verre, métaux, bois, etc.), ainsi créant un bon usage à ces matériaux destinés à être détruits. Il y a également la possibilité de les brûler afin de produire de l’électricité, une méthode qui est en développement. L’amas d’ordures produit à la longue des lixiviats, des biogaz, le dioxyde de carbone, le méthane; ainsi créant des problèmes de l’appareil respiratoire, digestif, etc.

Ce que j’aime, par contre, est que, malgré ces déchets qui traînent, il y a quand même des travailleurs (nommés ‘récupérateurs’ ) qui se chargent de récupérer les matières plastiques, de bois et même de métal afin de les vendre ou de les utiliser. Les jeunes comme les vieux font ce travail, là où le salaire est entre 30 et 60 DH le jour. Mais malgré ce travail constant, il reste toujours des déchets qui longent le long des rues, dans les champs, au bord des autoroutes, etc.

Ce qui serait bien d’instaurer au Maroc est un système de recyclage; comme ce qu’on retrouve dans les pays occidentaux et européens. On remarque de grosses poubelles en plastique qui se trouvent dans les immeubles d’appartements qui sont à la disposition des citoyens qui veulent se débarrasser soit des matières plastiques, de verre, ou de papier et carton. Pour les citoyens ayant une maison, ils ont une boîte en plastique à leur usage. Ce système incite la population à jeter aux poubelles les choses auxquels ne peuvent pas être récupérées; comme la nourriture, les couches pour bébés, etc. Et même à ça, on retrouve une nouvelle tendance qui est de faire le compostage de leurs déchets; le résultat étant d’utiliser cela comme engrais à leurs terres.

Que pourrons-nous faire tous qui marquera une différence au niveau de ce fléau? Je crois que la meilleure solution simple et gratuite serait de parler et de s’exprimer lorsqu’on voit quelqu’un entrain de jeter quelque chose dans la rue, afin de les sensibiliser que ce pays est déjà pollué et que chaque geste compte.

auteure : Karen Legault

(référence des données: afrik.com)

, , , , , , , , , , , ,